FORUM FERMÉ. TOUTE COPIE RESTE STRICTEMENT INTERDITE.

Partagez
 

 Dear Sister Ϟ Judie & Leahn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Dear Sister Ϟ Judie & Leahn 1394398366-rgnewbie


Judie K. Jensen

• Âge : 23
• Secrets découverts : 54
• Talevillien depuis : 28/03/2014
• Cagnotte : 57
Judie K. Jensen
My life is a fairy tale


Dear Sister Ϟ Judie & Leahn Empty
MessageSujet: Dear Sister Ϟ Judie & Leahn   Dear Sister Ϟ Judie & Leahn EmptyMar 1 Avr - 15:00

Dear sister, can you help me lie?
Dear Sister Ϟ Judie & Leahn Tumblr_lwdpfvK57f1r23tzz Dear Sister Ϟ Judie & Leahn Tumblr_myp0fexVnH1rp57r0o3_250
   Feat. Leahn N. Jensen


     Cela faisait onze ans que je ne l’avais plus revue. Cela faisait quasiment autant de temps que je n’avais plus eu de nouvelles d’elle. Je ne voulais plus en avoir, je ne voulais plus la revoir, je ne voulais plus rien savoir d’elle. J’avais passé des années seules avec ma peine, essayant d’oublier jusqu’à son existence. J’avais tout fait pour la haïr pour ce qu’elle avait fait. Même quand j’avais appris que ce n’était pas de sa faute, j’avais continué à m’entêter. Je me devais de la détester pour ne pas avoir cherché à me revoir. Et jusque là, j’avais presque réussi. Je commençais à me faire de nouveaux amis, je commençais à vivre ma propre vie sans compter sur son retour. Onze ans, cela m’avait pris onze ans. Combien de temps cela me prendrait de tout recommencer ?

    Oui, cela faisait onze ans que je n’avais plus revue ma grande-sœur et pourtant… L’autre jour, Sam était venu me voir à la sortie de mes cours. Bizarre hein ? Lui qui ne passait que peu de temps avec moi, qui prenait de mes nouvelles uniquement quand il me croisait dans la rue. Là, il m’attendait. Une amie, enfin disons une connaissance, avait cru que c’était mon petit-ami. Encore plus bizarre. Sam, mon petit-ami ? Comme si le monde pouvait se mettre à tourner à l’envers. La possibilité de l’avoir en copain ne m’avait jamais frôlé l’esprit et j’espère que cela ne reviendrait plus dans ma tête avant très longtemps.
    Quoiqu’il en soit, il était là. Il m’attendait et la seule bonne raison pour qu’il fasse cela n’était autre que ma sœur. Je m’en doutais, depuis son retour, elle avait attendu que je fasse un pas vers elle. Néanmoins, elle devait bien avoir envie de me revoir, elle. Et Samuel le savait mieux que quiconque. Alors il était venu me trouver dans l’espoir d’organiser un rendez-vous entre elle et moi. « Dans un lieu neutre. » avait-il précisé et je n’avais pu m’empêcher de sourire. Il savait pourtant que j’étais pacifiste. Du moment qu’on ne venait pas m’embêter ou embêter un de mes proches. Et en l’occurrence, que je le veuille ou non, Leahn était un membre de ma famille. Je n’allais pas tenter de lui faire entendre raison par la force. Malgré tout, j’avais refusé. Je ne voulais pas la revoir, c’était trop tôt. « Trop tôt ? Ca fait des mois qu’elle est installée, maintenant. Fais un effort… » Il n’avait pas tord… Je devrais bien l’affronter un jour ou l’autre. Autant que ce soit le plus tôt possible, ce serait rapide. Comme un pansement qu’on retire.

    C’était la raison pour laquelle je me dirigeai vers le salon de thé de l’avenue Carroll. C’était là le lieu neutre dont Samuel parlait. Je le connaissais un peu, j’étais déjà passée devant à plusieurs reprises. Je n’y entrais jamais, je n’avais aucune raison de le faire. Personne ne voulait prendre un thé avec moi. Mis à part ma sœur, évidemment.
    Devant la porte, j’hésitais un instant. Si ma colère prenait le dessus sur tout autre sentiment, je ressentais malgré tout une pointe d’excitation et de honte. La colère était le sentiment le plus normal que je pouvais ressentir. Elle m’avait pratiquement abandonnée pendant tant de temps… J’avais eu besoin d’elle et elle n’avait pas été là… J’avais eu besoin d’elle quand j’avais eu ma première amie proche, lors de mes premières règles, quand j’avais eu mon premier coup de foudre, lorsque je ressentais le premier stresse des examens, pour parler d’un film génial, d’un bouquin hors-norme, d’une musique qui me faisait fondre… J’avais eu besoin d’elle pour toutes les petites choses de la vie et elle n’avait jamais été là…
    L’excitation me semblait être appropriée aussi. Je voulais avoir des réponses, je voulais aussi pouvoir la revoir et qu’elle puisse me revoir aussi. Je voulais lui reparler comme avant et peut-être réussir à tourner la page sur toute cette histoire, même si ce serait très dur. En revanche, la honte n’avait pas sa place. Je ne devais pas me sentir honteuse d’avoir refusé de la voir. J’étais en colère, j’avais toutes les raisons du monde de l’être. Je ne devais pas me sentir gênée de lui en avoir voulu, on m’avait menti longtemps sur les vraies raisons de son départ. Je ne devais surtout pas me sentir embêtée par mes réactions.

    Finalement, je me décidai à entrer. Je balayai la salle du regard, à la recherche d’une éventuelle fille blonde qui me rappellerait Leahn. Je la vis dans un coin, elle me reconnut rapidement. Évidemment, j’avais accepté de donner une photo à Sam, une fois. Elle voyait très bien à quoi je ressemblais. Elle, de son côté, n’avait pas tant changé. La même blondeur, le même regard froid en opposition avec son sourire si chaleureux. C’était quasiment toujours la même. Elle avait juste onze ans de plus. « Bonjour…Leahn… » osai-je dire, juste avant de m’asseoir à mon tour. Cette rencontre promettait d’être très awkward…

   Code par ZokuPengin sur Epicode

_________________
Plus rien n'existe ◈
▽ Sur la musique, on va on vient, corps contre corps, main dans la main. Plus rien n'existe, plus rien de rien. Quand je te tiens du bout des doigts pour te ramener contre moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dear Sister Ϟ Judie & Leahn 261127rgleahn


Leahn N. Jensen

• Âge : 27
• Secrets découverts : 342
• Talevillien depuis : 01/02/2014
• Cagnotte : 328
Leahn N. Jensen
My life is a fairy tale


Dear Sister Ϟ Judie & Leahn Empty
MessageSujet: Re: Dear Sister Ϟ Judie & Leahn   Dear Sister Ϟ Judie & Leahn EmptyLun 7 Avr - 19:50

C’était le jour que j’attendais et que j’appréhendais le plus. Oh, ça n’avait pas été de tout repos pour y arriver. J’avais attendu, stressée, d’abord. J’avais eu des demandes de la part de Sam, et j’avais fini par céder. Mais lui n’avait pas eu de suite des retours positifs, ce qui me m’avait conforté dans mon idée que la chose était une mauvaise décision. Et puis finalement, elle accepta. Judie avait dit oui, à ce que nous nous rencontrions. Au salon de thé de l’avenue Carroll. J’allais revoir ma sœur. Après onze années passées sans elle, onze années pendant lesquelles j’avais espéré qu’elle me rende visite au Mont, onze années qui m’ont finalement révélé sa haine envers moi. Même si, d’après Sam, elle s’était tassée, elle était toujours bien là cependant. Pourquoi vouloir la voir, alors ? Je ne pouvais pas me résoudre à tirer un trait définitif sur l’être qui avait été plus cher que tout. Si les années passées au Mont m’avaient coupée d’elle, nous avions tout le temps de nous rattraper à présent. Si elle voulait de moi bien entendu. Elle pouvait avoir consenti à me voir simplement pour me reprocher tout ce qu’elle pouvait, et s’en aller. Je refusais d’y croire, mais c’était pourtant bien une possibilité. Je partis en avance, pour avoir le temps de photographier quelques branches gelées sur mon chemin, mais sans grand résultat. La concentration n’était pas au rendez-vous et je ne faisais jamais rien de bon dans ces cas-là. Je me décidai donc à me hâter, même si je savais devoir attendre à l’intérieur. Observer les autres me ferait au moins penser à autre chose… J’arrivai donc devant la porte du salon de thé et hésitai à entrer, sans raison. Fronçant les sourcils, je me secouai la tête avant de pousser la porte, et entrai. La moitié de la salle était occupée, de quoi donner un peu d’ambiance sans pour autant perdre la tête dans un brouhaha sans nom. Je m’installai à une petite table à côté d’une fenêtre et expliquai à la serveuse que j’attendais quelqu’un. Après quoi je laissai mon regard vagabonder dans la pièce, puis dans la ruelle, sans me rendre compte du temps qui passait.

Jusqu’au moment où je me rendis compte de la rousseur éclatante qui attendait près de la porte. Incapable de détourner le regard, j’attendis qu’elle me trouve à son tour, ce qu’elle fit aussitôt finalement. Oh, moi j’avais eu droit à une photo qu’elle avait fait passer par Sam, il y avait déjà un bon moment. Elle en revanche me revoyait réellement pour la première fois depuis onze ans, il me semblait… Elle était magnifique. Grande, svelte, un visage adorable, et je me rendis compte à quel point elle m’avait manqué. Tout ce que je n’avais pas partagé avec elle m’arrivait dans la figure au même titre que sa beauté. Elle était devenue une jeune femme splendide. Elle s’avança jusqu’à la table à laquelle je l’invitai à s’asseoir d’un coup d’œil. « Bonjour…Leahn… » Je souriais, même si je ne savais pas vraiment si je devais le faire, ni quel sentiment y mettre. De la chaleur ? De la joie ? De la curiosité ? De l’excitation ? Peut-être un peu de chaque, bien que je ne fus pas si démonstrative cependant. Je ne sentais pas en avoir le droit, et je ne voulais pas la faire fuir. Bien qu’une tête de six pieds de long aurait pour sûr eu cet effet-là. Donc… mieux valait sourire, même un petit peu. Le fait était que de toute façon, j’étais incroyablement heureuse de la revoir… même si terrifiée par ce moment. « Bonjour… » Je l’aurais bien prise dans mes bras, mais que demander de plus ? Elle avait accepté de venir, c’était déjà un énorme pas. Je me rendis compte que j’avais les mains encore crispées sur mon appareil, depuis mon arrivée. Je consentis alors à détourner le regard et enlever l’objet d’autour du cou pour le poser sur un coin de la table. Prenant une inspiration conséquente, je me questionnais sur ce que je souhaitais dire à ma sœur. Mais au moment d’ouvrir la bouche, j’aperçu la serveuse qui revenait à la charge. Autant s’en débarrasser maintenant. Je regardai donc de nouveau Judie. « Tu… Tu veux quelque chose ? » Certes, pas les meilleures premières paroles depuis onze ans, mais au moins de quoi briser un peu la glace, je l’espérais…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dear Sister Ϟ Judie & Leahn 1394398366-rgnewbie


Judie K. Jensen

• Âge : 23
• Secrets découverts : 54
• Talevillien depuis : 28/03/2014
• Cagnotte : 57
Judie K. Jensen
My life is a fairy tale


Dear Sister Ϟ Judie & Leahn Empty
MessageSujet: Re: Dear Sister Ϟ Judie & Leahn   Dear Sister Ϟ Judie & Leahn EmptySam 12 Avr - 11:38

Dear sister, can you help me lie?
Dear Sister Ϟ Judie & Leahn Tumblr_lwdpfvK57f1r23tzz Dear Sister Ϟ Judie & Leahn Tumblr_myp0fexVnH1rp57r0o3_250
  Feat. Leahn N. Jensen


    Je regardais autour de moi, évitant volontairement de fixer celle que je devais considérer comme ma sœur. Celle qui à mes yeux n’étaient plus qu’une étrangère. Je me rappelais d’une chanson de Balavoine qui disait que l’absence avait des tords que rien ne défendait. C’était la pure vérité. Leahn avait été absente trop longtemps dans ma vie, rien ne pourrait excuser cela. Je pouvais comprendre qu’elle ne soit pas venue de suite, je pouvais comprendre qu’elle avait une vie et que tout ne tournait pas autour de moi, je pouvais comprendre le fait que je sois reléguée au second rang. Ce que je ne comprenais pas, c’était qu’elle n’avait jamais osé revenir. Jamais, elle n’avait affronté nos parents pour me retrouver. Pensait-elle que j’étais capable de me débrouiller toute seule ?
    Il était vrai que de nous deux, j’étais la plus sociable. Un grand sourire, un côté extraverti, j’étais très ouverte aux autres. Néanmoins, elle avait dû oublier que les autres ne l’étaient pas à moi. Ils ne supportaient pas mon hyperactivité, j’étais vite catalogué comme bizarre. J’étais la chouchoute aussi, les instituteurs prenaient plus de temps avec moi et forcément, c’était mal vu. Jusqu’au lycée, je n’avais pas eu un seul ami qui me considère vraiment comme tel. J’étais souvent toute seule et je m’y habituais à vrai dire. Je l’aurai sûrement moins été si ma sœur avait été là pour moi. Et bien entendu, elle ne l’était pas.
    Au lycée, mes camarades étaient un peu plus amicaux envers moi. J’avais une ou deux amies de mon âge. Les autres personnes que je fréquentai était soit plus jeunes, soit plus vieilles. Sam, Grim ou Léonie. Je me rendais compte, avec le recul, que j’arrivai plus facilement à me lier d’amitié avec des garçons qu’avec des filles. Sûrement parce qu’au fond, je ne voulais pas remplacer ma sœur et que j’avais peur qu’une fille puisse prendre sa place. Léonie était la seule fille plus âgée que j’osai côtoyer, parce que je la connaissais depuis que j’étais petite. Même à la faculté, si une fille plus vieille venait me parler, je restais distante. C’était très bizarre, je le concevais. Mais c’était ma manière à moi de dire à Leahn que malgré tout, je ne l’avais pas remplacé, moi. Et elle, l’avait-elle fait ?

    Je me permis de jeter un coup d’œil vers elle. Elle me regardait aussi. A cet instant, j’aurai voulu lui demander si elle s’était faite beaucoup d’amis, si l’un d’entre eux me ressemblait, si elle avait la moindre idée du mal qu’elle m’avait fait… Seulement, tout restait bloqué dans ma gorge. Moi qui voulais jouer franc jeu, j’étais incapable de lui dire ce que j’avais sur le cœur. Il était trop lourd, justement et c’était beaucoup trop difficile de lui dire ce que je ressentais. Elle devait, de toute façon, le lire dans mon regard. Elle arrivait aisément à décrypter chacun de mes sourires, chacune de mes larmes et tous mes regards.

    La serveuse vint nous aborder et ce fut à ce moment que Leahn s’adressa vraiment à moi, pour la première fois depuis bien longtemps. Je ne comptais pas notre salutation, c’était une simplement formule de politesse que j’aurai pu dire à mon pire ennemi. Là, c’était une question. A bien y réfléchir, je n’avais aucune idée de ce que je voulais. Que ce soit dans ma commande ou dans ma vie de tous les jours. Qu’est-ce que je voulais ? Est-ce que je voulais quelque chose ? Bon sang, une question si anodine et pourtant, j’étais mal à l’aise. « Je… un thé vert. » J’avais besoin de me détendre et je savais que ce thé-là avait des propriétés thérapeutiques qui aidaient à nous relaxer.
    Leahn passa à son tour sa commande et la serveuse nous laissa. Je regardai, alors, son appareil photo qu’elle ne lâchait pas. Alors c’était ça, sa passion à elle. C’était peut-être même son boulot, à présent. Faire de la photographie. Je devais avouer que je n’avais pas pris la peine de demander à Sam ce qu’elle faisait. Je me demandais si elle lui avait demandé, elle. Savait-elle que j’aimais dessiner, que ma passion était la mode, que je voulais devenir styliste ? Et si c’était le cas, était-elle impressionnée comme je l’étais à présent que je la voyais avec son appareil photo ? Parce que je devais l’avouer, c’était impressionnant de savoir que Leahn avait une passion à laquelle elle s’accrochait et qu’éventuellement, elle en avait fait son métier. Je ne pouvais que l’admirer, là.
Le silence pesant revint s’installer entre nous, ce qui m’agaça légèrement. Je fis claquer ma langue contre mon palet, par habitude lorsque la situation m’énerver. Et puis, j’osais lancer un bref sujet, en attendant de trouver la force de tout lui déballer. « Et sinon… comment tu vas depuis tout ce temps ? » C’était banal à en pleurer, mais ça ferait l’affaire.

  Code par ZokuPengin sur Epicode

_________________
Plus rien n'existe ◈
▽ Sur la musique, on va on vient, corps contre corps, main dans la main. Plus rien n'existe, plus rien de rien. Quand je te tiens du bout des doigts pour te ramener contre moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dear Sister Ϟ Judie & Leahn 261127rgleahn


Leahn N. Jensen

• Âge : 27
• Secrets découverts : 342
• Talevillien depuis : 01/02/2014
• Cagnotte : 328
Leahn N. Jensen
My life is a fairy tale


Dear Sister Ϟ Judie & Leahn Empty
MessageSujet: Re: Dear Sister Ϟ Judie & Leahn   Dear Sister Ϟ Judie & Leahn EmptyJeu 24 Avr - 16:56

En ne voyant pas Judie réagir de suite, je me dis qu’elle était peut-être réellement venue pour m’engueuler, et que ma question ultra banale l’avait encore plus offusquée. Mais elle se ressaisit et j’en fus quelque peu rassurée. Elle commanda un thé vert puis la serveuse se tourna vers moi. « Un chocolat chaud avec de la crème, et un scone au chocolat, s’il vous plaît. » Déjà que j’étais une accroc au chocolat en temps normal, dans ce genre de situation il m’en fallait une bonne dose. Certainement plus psychologique qu’autre chose, mais passons. Je me tassai sur ma chaise pendant que Judie s’installait complètement. Au moins, elle n’avait pas l’air de vouloir s’en aller ; c’était toujours ça de gagné. Je ne pus m’empêcher de remarquer à quel point ses vêtements lui allaient à ravir. Pour sûr, elle avait du goût, et sa voie vers le stylisme était toute tracée. Sam m’en avait vaguement parlé, je ne savais que cette passion. Si elle suivait toujours des cours, si elle se faisait un nom, ou au contraire si elle galérait, je n’en savais rien. Elle fit claquer sa langue, et je me retins de froncer les sourcils. Autant ne pas lui faire croire que ça m’énervait, bien que j’en sois simplement étonnée. Je n’avais aucune idée de comment se terminerait ce rendez-vous, mais tant qu’on pouvait ne pas lancer d’hostilités… c’était déjà ça. « Et sinon… comment tu vas depuis tout ce temps ? » Je me retins presque de respirer en entendant ces mots. Déjà parce que j’adorais sa voix, mais surtout parce que je ne savais foutrement pas quoi répondre. Enfin, comment j’allais depuis tout ce temps était en soi une question qui amenait une réponse simple, même pour moi, mais elle impliquait beaucoup plus que ça.

Je pinçai mes lèvres, cherchant quoi dire. Je ne pouvais pas décemment dire « ça va tranquille et toi ? ». Oublier toutes ces années d’éloignement et de haine était impossible, et des paroles complètement détachées insulteraient tout ce que nous avions vécu. J’essayai de trouver un encouragement dans son regard, mais ce fut vain. Alors je me lançai, il fallait bien avancer. « Dire que ça va serait un bien grand mot. » Je souris tristement, loin de moi l’envie de paraître sèche. « Je suppose que tout ne peut pas être comme on le souhaite. » C’était la vie, les hauts et les bas. Non, évidemment, ça n’allait pas bien depuis tout ce temps. Aller au Mont fut une épreuve, s’habituer fut dur, relativiser se fit avec le temps, et finalement je m’étais dit que ça allait. Connaître la haine de Judie envers moi n’aidait pas cependant. Je ne pouvais juste pas m’empêcher de vivre, et je faisais avec. Alors ça allait, mais ça n’allait pas, « depuis tout ce temps ». Comment le lui dire ? Et comment lui retourner la question sachant la réponse qui allait franchir ses lèvres ? « Disons que ça va un peu mieux depuis que je suis revenue. » Au moins, c’était honnête, et ça n’appelait pas à la dispute, ce que je souhaitais à tout prix éviter. Je hochai la tête comme pour appuyer mes propres dires. Je cherchais surtout à me convaincre que je ne disais rien de travers. Je ne savais pas comment résumer onze années ainsi, en quelques phrases, tout en évitant de déclencher la colère de ma sœur. Sœur que j’avais envie de connaître à nouveau. Si j’étais là pour espérer me réconcilier avec elle, je voulais surtout pouvoir rattraper le temps perdu. Je voulais connaître ses manies, ses joies, ses peines, s’il y avait un homme dans sa vie – bien qu’elle eut tout le temps pour ça –, ses passions, ses amis… tout. Je voulais tout savoir et je n’en avais pas vraiment le droit ni l’occasion. Alors j’osai tout de même, timidement, et doucement. Je me raclai la gorge. « Alors, le stylisme ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dear Sister Ϟ Judie & Leahn 1394398366-rgnewbie


Judie K. Jensen

• Âge : 23
• Secrets découverts : 54
• Talevillien depuis : 28/03/2014
• Cagnotte : 57
Judie K. Jensen
My life is a fairy tale


Dear Sister Ϟ Judie & Leahn Empty
MessageSujet: Re: Dear Sister Ϟ Judie & Leahn   Dear Sister Ϟ Judie & Leahn EmptyVen 9 Mai - 16:00

Dear sister, can you help me lie?
Dear Sister Ϟ Judie & Leahn Tumblr_lwdpfvK57f1r23tzz Dear Sister Ϟ Judie & Leahn Tumblr_myp0fexVnH1rp57r0o3_250
 Feat. Leahn N. Jensen


   La commande de Leahn ne me surprit pas le moins du monde. En fait, elle me rendit même un peu nostalgique. Je savais que ma… sœur était une accro aux chocolats et ce, depuis toute petite. C’était un point que nous aurions pu avoir en commun si, après son départ, le chocolat n’était pas devenue une vision d’horreur pour moi. Cela me rappelait que j’étais supposée haïr Leahn pour son départ et ainsi, mon estomac se tordait et je n’avais plus envie de manger quoi que ce soit. A la vérité, rien que de repenser à ces sentiments contraires qui s’étaient mélangés en mois, ces onze dernières années, j’avais du mal à trouver la force d’ouvrir une fois de plus ma bouche. J’avais tellement peur que le venin finisse par être cracher et que je ne puisse plus m’arrêter de dire toutes les horreurs que j’avais pu penser sur elle. Je voulais tâcher de rester correcte et aimable, puisque nous étions dans un lieu public. Mais ce n’était pas évident quand les mots qui me venaient n’étaient que trahison, tristesse, rage…
   Un instant, mon regard se dirigea vers la sortie et l’idée de m’enfuir me traversa l’esprit. Qu’est-ce que je faisais là ? Je n’avais rien à faire dans cet endroit avec cette personne qui devait être ma sœur, que je ne reconnaissais que trop bien et que pourtant, je connaissais à peine. C’était comme plonger dans la pensine de ce cher Dumbledore –oui, j’avais des comparaisons très peu élaborées- et revoir encore et encore les moments importants de notre vie. Des moments que j’aurai dû passer avec ma sœur aînée, mais que, par la faute de mes parents et de cet ami que Leahn possédait, j’avais surmonté seule. La solitude, quel mot si souvent utilisé et si peu compris. Pour la plupart, la solitude équivalait à un grand moment de silence et de calme. Un moment de paix. Ces gens-là ignoraient bien que la solitude, c’était aussi ce sentiment pesant qui vous nouait la gorge et vous rendait terriblement triste, constamment. Oh, je n’allais pas me plaindre, j’étais plutôt heureuse dans ma vie de tous les jours. J’avais mon job, mes études, quelques amis, pas de petit-ami mais ce n’était pas une priorité. Par chance, j’avais mis la famille de côté dans ma vie, je comptais plus sur le travail pour me rendre heureuse. Alors oui, j’étais assez satisfait. Néanmoins, je ne pouvais m’empêcher de me demander si cela était pareil pour ma grande-sœur.

   Et étant donné son soupire lorsque je lui demandais, je supposais que tout n’était pas merveilleusement rose pour elle. Sa réponse confirma qu’elle avait connu des hauts et des bas. Soit, c’était mon cas aussi et pourtant, je m’en sortais plutôt bien. « Oui, ce sont les aléas de la vie, mais encore ? » insistai-je, voulant surtout savoir si actuellement, ça allait bien pour elle. Bien sûr que je m’inquiétais, c’était ma sœur. Que je le veuille ou non, nous partagions le même nom, le même sang coulait dans nos veines. Et même si physiquement, la ressemblance n’était pas des plus frappantes, elle ressemblant à maman et moi, à papa, j’étais encore capable de me reconnaître dans ses trais fins. Le même nez, le même sourire quand celui-ci se décidait à apparaître. Jusqu’à notre posture identique. Alors, oui, quand elle était loin c’était facile de prétendre que je me moquais de connaître sa vie. Mais à présent que je la voyais, que je repensais à nos moments communs, j’étais forcément préoccupée par son passé, son présent et son avenir.
   Je m’apprêtai même à insister une fois de plus, lorsqu’elle changea totalement le sujet. Si elle avait voulu m’empêcher de m’aventurer plus loin sur cette question, elle n’aurait pas pu faire mieux. Elle me surprit légèrement, cependant, en abordant ma vie de cette façon. Elle avait donc bien demandé à Samuel ce que je faisais, à présent. J’haussai les épaules, ne sachant pas comment répondre. « Disons que je m’en sors bien, c’est facile quand on aime ce qu’on étudie, pas vrai ? » Je lui demandais sans même savoir si elle savait de quoi je parlais. Faisait-elle ce qu’elle aimait ? Je ne pus m’empêcher de lui demander, en indiquant l’appareille photo près d’elle. « Et toi, tu es dans la photographie ? »

 Code par ZokuPengin sur Epicode

_________________
Plus rien n'existe ◈
▽ Sur la musique, on va on vient, corps contre corps, main dans la main. Plus rien n'existe, plus rien de rien. Quand je te tiens du bout des doigts pour te ramener contre moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dear Sister Ϟ Judie & Leahn 261127rgleahn


Leahn N. Jensen

• Âge : 27
• Secrets découverts : 342
• Talevillien depuis : 01/02/2014
• Cagnotte : 328
Leahn N. Jensen
My life is a fairy tale


Dear Sister Ϟ Judie & Leahn Empty
MessageSujet: Re: Dear Sister Ϟ Judie & Leahn   Dear Sister Ϟ Judie & Leahn EmptyLun 2 Juin - 20:54

Dire que je ne retenais pas mon souffle aurait été mentir. Je redoutais chaque fois que Judie ouvrait la bouche et en même temps, je me rendais compte qu’elle avait l’air de chercher ses mots tout autant que moi. Soulagement ou peur, je ne savais pas vraiment. En tous cas s’il y avait bien une chose sur laquelle j’étais complètement honnête, c’était bien l’entièreté de ma question. Je m’intéressais réellement à ses études et ce qu’elle aimait faire, autant parce que je me sentais coupable d’avoir tant à rattraper que parce que j’étais curieuse d’en savoir plus et d’apprendre à la connaître à nouveau. Je la vis finalement hausser les épaules. « Disons que je m’en sors bien, c’est facile quand on aime ce qu’on étudie, pas vrai ? » Pour le coup, je ne pouvais qu’être d’accord. Il était bien rare qu’on trouve très rapidement une passion qui nous promette un avenir professionnel et s’y tenir ; arriver à faire des études désirées. Tout comme il n’était pas aisé d’y parvenir une fois qu’on s’était décidé pour une certaine orientation. Au moins, j’avais appris une chose importante : Judie aimait ce qu’elle faisait, et c’était le principal. Je savais déjà qu’elle n’était pas coincée dans une carrière qui ne l’emballait pas, qu’elle contrôlait sa vie et qu’elle l’appréciait. Du moins, cette partie-là. « Ça aide bien, effectivement… » Je ne savais pas vraiment si j’avais le droit de me réjouir pour elle ou si c’était mal venu. Je n’avais pas encore le courage de m’impliquer dans tout ça en ne sachant pas si elle allait tout me recracher à la figure.

En fait, je n’espérais même pas trouver une réponse ou ne serait-ce qu’un encouragement dans son regard ; quand même bien j’osais envahir ses prunelles. Je me pinçai les lèvres quand je vis ses yeux se diriger vers mon appareil photo, posé sur le coin de la table, une de mes mains toujours dessus. « Et toi, tu es dans la photographie ? » Je haussai les sourcils en ouvrant la bouche, accusant la question pendant une seconde. Disons que je ne m’attendais pas à ce qu’elle s’intéresse si rapidement à quelque chose de positif me concernant. Machinalement, je baissai les yeux à mon tour sur mon appareil et finis par hocher la tête. « C’est ça. » Un sourire mi-heureux mi-gêné fit son apparition sur mon visage. « Je suis spécialisée dans tout ce qui touche au froid… les flocons, le givre, ces choses-là. J’ai un blog, le plus dur reste à me faire connaître maintenant. J’ai travaillé rapidement pour le journal de la ville, mais ça me convenait pas vraiment. » C’était un peu le but de tous ces métiers dans l’art, quand on était « à son propre compte », comme ç’allait un peu être le cas de Judie, je supposais. On représente son propre travail, c’est ce qui compte le plus, être reconnu pour ça.  Lâchant enfin mon appareil, je m’écartai lorsque la serveuse revint avec notre commande. Je glissai ensuite mon petit doigt dans la crème fouettée au-dessus de mon chocolat chaud pour jouer les gourmandes. C’était stupide, mais ça me donnait de la contenance et du courage pour ce qui suivait. Je pris une inspiration, relativisai et me dis que de toute façon, je devais bien en passer par-là. Je relevai le regard vers ma sœur, tentant de garder mon sourire pour ne pas lancer d’appel à la mauvaise humeur et mauvaise réaction. « Et toi… comment ça va ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Contenu sponsorisé
My life is a fairy tale


Dear Sister Ϟ Judie & Leahn Empty
MessageSujet: Re: Dear Sister Ϟ Judie & Leahn   Dear Sister Ϟ Judie & Leahn Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Dear Sister Ϟ Judie & Leahn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (F/FAMILY) Kristina Romanova - dear sister tell me how to lie
» [Ile de Ronapura] Sister Act I : Une soeur appelée à prier
» La meilleure façon de résister à la tentation, c'est d'y céder. [Livre II - Terminé]
» My sister my responsibility || Bellamy Blake
» ☴ oh dear, we are in trouble

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
a little less conversation ::  :: Le bois dore :: Avenue Carroll :: Salon de thé-